Nous allons étudier aujourd’hui le passage en Matthieu 6.22-23 dans lequel le Seigneur Jésus veut nous montrer l’importance cruciale d’une bonne perception spirituelle. Voici ce qu’il enseigne.

 

Matthieu 6.22. L’œil est la lampe du corps. Si ton oeil est en bon état, tout ton corps sera éclairé;

23 mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres!

 

Le centre de la perception

 

Qu’est-ce que Jésus essaie de nous dire par ces mots? Les yeux sont la lampe du corps. S’ils sont en bon état, i.e., si vous voyez correctement, alors votre corps sera plein de lumière. Mais si au contraire vos yeux sont en mauvais état, alors tout votre corps sera dans l’obscurité.

 

Essayons tout d’abord de comprendre cette image dans son sens littéral. Nous pourrons par la suite progresser plus aisément vers le sens spirituel de ces mots. L’œil, sur le plan physique, constitue la lampe du corps. En regardant votre environnement, vous vous apercevez qu’il y a de la lumière. Votre œil communique à tout votre corps l’information que contient cette lumière. Maintenant, qu’arrive-t-il si vous fermez vos yeux? Tout devient noir. Vous êtes plongés dans l’obscurité. Si vous rouvrez vos yeux, vous êtes capables de voir à nouveau. Fermez vos yeux, et vous vous retrouvez encore une fois dans le noir.

 

Par cette expérience de la vie quotidienne, Jésus désire nous rappeler que l’œil est le centre de notre perception. Il est l’organe qui permet à la lumière d’illuminer notre corps. Les gestes qu’accomplit notre corps dépendent largement du bon fonctionnement de nos yeux puisque ceux-ci nous donne la capacité de nous situer dans l’espace. Ils guident ainsi chacun de nos mouvements.

 

La perception spirituelle

 

Passons maintenant d’une perspective strictement physique à une perspective spirituelle. En mentionnant le rôle primordial de la vue, il est évident que Jésus ne limitait pas son enseignement à l’aspect physique de la perception visuelle. Il y a un riche symbolisme spirituel à découvrir. Disons tout de suite que l’œil occupe une place importance dans le texte biblique. Il est souvent mentionné en relation avec la perception spirituelle de l’homme, i.e., à notre capacité de voir et de comprendre les réalités spirituelles du royaume de Dieu.

 

Nous faisons régulièrement ce genre de lien concernant la vision lorsque nous faisons appel non pas à l’œil du corps mais à l’œil de la pensée. Par exemple, si je vous demandais, ‘Voyez-vous ce que je veux dire?’ il est manifeste que je ne m’intéresse pas à savoir si vous pouvez ‘voir’ avec vos yeux mes propos. Nos yeux ne peuvent évidemment pas distinguer ce qui est dit de vive voix. Par cette question, je vous demande, ‘Est-ce que votre intelligence, l’œil de votre pensée, parvient à saisir ce que je veux dire?’ Dans ce cas-ci, vous ‘voyez’ avec votre faculté intellectuelle. Votre intelligence est comme un œil qui vous permet de voir dans le sens de comprendre des idées. De la même façon, nous avons aussi des ‘yeux spirituels’ avec lesquels nous percevons des vérités spirituelles. Il devient alors possible de discerner la gloire de Dieu. Et c’est dans cet esprit que Jésus nous demande de saisir le sens de son enseignement ici.

 

Lorsque Paul fut envoyé pour prêcher l’évangile aux païens, on se rappellera qu’il était question pour lui ‘d’ouvrir les yeux’ des aveugles. Le Seigneur Jésus lui dit, Je t’ai choisi du milieu de ce peuple et du milieu des païens, vers qui je t’envoie, afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière (Actes 26.17-18). Évidemment la mission de Paul n’était pas d’écarter les paupières de toutes personnes dont les yeux étaient fermés. Il faut interpréter ces mots ‘ouvrir les yeux’ dans leur sens spirituel. Paul avait la tâche d’aller au devant des païens pour leur expliquer intelligiblement la parole de Dieu et leur donner ainsi la possibilité de recevoir le pardon divin.

 

La mission de Jésus poursuivait le même but, celui d’ouvrir les yeux des aveugles. Il en a fait la déclaration en Luc 4.18 où il lut ce passage du livre d’Ésaïe : Il m’a envoyé pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue. Encore une fois, le retour à la vue doit se comprendre dans son sens spirituel et non pas physique.

 

Nous faisons la même constatation en Éphésiens 1.8 où Paul adressa cette requête à Dieu, Puisse–t–il illuminer les yeux de votre cœur pour vous faire voir quelle espérance vous ouvre son appel. ‘Les yeux de votre cœur.’ Paul priait le Seigneur afin que les chrétiens d’Éphèse puisse acquérir la perception spirituelle qui leur permettra de comprendre l’espérance à laquelle ils sont appelés.

 

Bien souvent, les gens n’arrivent pas à saisir la signification du message de l’évangile parce qu’ils n’ont pas la perception spirituelle nécessaire, et non pas parce qu’ils manquent d’intelligence. La Bible décrit cette lacune en la comparant à un aveuglement. L’aveuglement spirituel empêche les êtres humains de comprendre les vérités du monde spirituel.

 

Il se peut que vous ayez une excellente vision. Votre perception intellectuelle est peut-être remarquable. Mais rien de tout cela ne vous avantagera sur le plan de la perception spirituelle. Même si vous jouissez d’une parfaite vision, il est possible que vous soyez aussi myope qu’une taupe quand il faut considérer des choses spirituelles. Même si vos facultés intellectuelles sont très aiguisées, celles-ci ne sont pas nécessairement utiles pour saisir le sens des vérités bibliques. Par contre, si votre esprit est vivant, vous avez alors la capacité de connaître Dieu, et de vous connaître dans le contexte d’une relation intime avec Dieu.

 

C’est ce que nous révèle Proverbe 20.27. Dans ce verset, l’esprit humain est comparé à une lampe. L’esprit de l’homme est une lampe de l’Éternel; il sonde toutes les profondeurs du cœur. L’esprit de l’être humain peut prendre conscience, dans une certaine mesure, de sa condition par rapport à Dieu et par rapport à son salut. Ceci nous aide à comprendre l’enseignement de Jésus car nous pouvons maintenant faire un rapprochement entre l’esprit et l’œil. Le parallèle s’établit de la façon suivante : l’œil est au corps humain ce que l’esprit de l’homme est à son âme. Tout comme nos yeux perçoivent l’environnement physique qui nous entoure, notre esprit peut distinguer les vérités du monde spirituel. Et dans le passage qui fait l’objet de notre étude, le Seigneur Jésus veut nous faire prendre conscience de l’importance d’une bonne vision spirituelle.

 

Une vision nette

 

Il est donc question de perception, qu’elle soit d’ordre physique ou spirituel. Continuons à approfondir la signification de cette métaphore. Nous savons tous que pour bénéficier d’une vision claire et nette, il faut que nos yeux convergent la lumière vers un même point, vers un foyer. Si la convergence ne se fait pas parfaitement sur la rétine, notre vision sera altérée. Il faudra alors des lunettes pour corriger la situation. Ceux qui portent des verres correcteurs peuvent constater instantanément la différence. En retirant les lunettes, la vision devient floue. Pourquoi? Parce que les rayons lumineux ne se rejoignent pas sur la surface rétinienne. Les lentilles ajustent la convergence pour donner au myope ou au presbyte une vision précise des choses.

 

On peut faire le même parallèle avec le monde spirituel. Lorsque Jésus parle d’un ‘œil qui est en bon état,’ il fait référence à un œil qui converge la lumière à l’endroit voulu, i.e., vers un seul point de rencontre. Tous les rayons lumineux sont déviés vers un point commun. Il n’y a pas deux ou plusieurs points de convergence. Il n’y en a qu’un seul. Dans ce sens, un œil en bon état est un œil qui est ‘simple,’ un œil qui converge la lumière vers un seul foyer. C’est d’ailleurs la traduction que nous donne la Bible Darby. Si donc ton oeil est simple. Cela signifie que notre capacité à voir spirituellement est directement reliée à une vision qui doit aussi être ‘simple.’ Et le mot ‘simple,’ défini spirituellement, se rapporte à une unité de dévouement, à une concentration d’attention, à un cœur indivisible.

 

Notons que les mots ‘cœur’ et ‘œil’ sont des termes interchangeables dans certain passage biblique. Ainsi l’expression ‘appliquer son cœur’ exprime la même action que celui qui ‘fixe ses regards’ sur quelque chose. Regardons cet exemple tiré du Psaume 119.

 

Psaume 119.10. Je veux te plaire de tout mon cœur, ne permets pas que je dévie de tes commandements !

 

Psaume 119.15. Je veux méditer sur tes ordres, et fixer mes regards sur les voies que tu traces.

 

Une personne qui veut plaire à Dieu de tout son cœur fixera ses regards sur la voie de Dieu. Dans son enseignement, le Seigneur Jésus fait le même genre de transition. Il souligne d’abord l’importance d’avoir un cœur à la bonne place en Matthieu 6.21 (Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur). Puis au verset suivant, il porte à notre attention l’importance d’avoir des yeux sains (La lampe du corps, c’est l’œil ; si donc ton oeil est simple, ton corps tout entier sera plein de lumière). La conclusion est la suivante. Si nous voulons voir clairement dans la vie spirituelle, nous devons concentrer toute notre attention sur Dieu. Nos yeux doivent être simples. Un œil simple ou un cœur entier sont des mots qui évoquent la même unité d’intention, celle de converger toute notre attention et notre énergie sur Dieu dans le seul but d’accomplir sa volonté. Il s’agit là d’un principe fondamental qui influe sur notre perception du monde spirituel.

 

Un problème de diplopie

 

Le contraire d’une vision simple est bien sûr une vision double. On désigne ce trouble de la vue par le terme médical ‘diplopie.’ Notre vision devient double lorsque nos deux yeux ne regardent pas dans la même direction. Alors que l’œil droit est en train de regarder un objet, celui de gauche est attiré par d’autres choses. Cette mauvaise coordination visuelle entraîne la perception de deux images pour un seul objet.

 

Le même trouble peut se produire avec notre perception spirituelle. Au lieu de donner toute notre attention à Dieu, nous avons un œil fixé sur Dieu et un autre fixé sur le monde. Notre loyauté est ainsi partagée entre le Seigneur et une autre source d’intérêt. On parle alors d’un problème de diplopie spirituelle.

 

Dans le contexte immédiat de notre passage, l’autre source d’intérêt s’appelle mammon, un terme qui désigne les richesses matérielles de ce monde. La perte de l’acuité visuelle est occasionnée par l’ambition d’amasser égoïstement les richesses de notre monde. Ce désir nous plonge dans une obscurité morale, dans les ténèbres. Si ton œil est en mauvais état (si ton œil n’est pas simple), tout ton corps sera dans les ténèbres.

 

Jésus n’a pas utilisé le mot ‘ténèbres’ par hasard. Ce mot est souvent employé dans la Bible pour évoquer l’aveuglement. Nous en avons un exemple en Psaume 69.23. Que leurs yeux s’enténèbrent pour ne plus voir. Dans l’obscurité, quand il n’y a plus de lumière, les yeux ne voient plus. Actes 13.11 est un autre exemple. Nous lisons dans ce passage qu’un magicien tentait de s’opposer à Paul. Ceci obligea l’apôtre Paul à réagir avec fermeté au point que le magicien en a perdu la vue. Aussitôt l’obscurité et les ténèbres tombèrent sur lui (i.e., il devint aveugle), et il cherchait, en tâtonnant, des personnes pour le guider. Ici encore, ‘ténèbres’ et ‘aveuglement’ sont des termes synonymes.

 

Lorsqu’un homme regarde avec le même degré d’intérêt les trésors terrestres et les trésors célestes, on dit de lui qu’il est un homme à l’âme partagé. Jacques 1.8 le décrit comme étant un ‘homme double de cœur.’ Il est inconstant dans son engagement envers le Seigneur. L’homme double de cœur, l’homme qui souffre de diplopie spirituelle, celui-là marche à tâtons dans sa vie spirituelle car tout son corps se trouve dans les ténèbres.

 

Le Seigneur Jésus nous demande de faire un choix sur notre allégeance. Une décision personnelle doit se prendre entre Dieu et mammon. Tout homme, sans exception, aura investi sa vie dans l’un ou l’autre de ces deux trésors : le dieu de l’argent ou le Dieu du ciel et de la terre. Son cœur, ses yeux sont braqués soi sur les richesses temporelles de ce monde, soi sur les richesses éternelles du ciel. Dieu n’acceptera pas l’homme indécis qui ne sait pas sur quoi porter son choix. Dieu acceptera encore moins l’homme irrésolu qui se laisse attirer par les deux. Nous devons faire un choix absolu. Ou bien nous sommes au service de Dieu ou bien nous sommes au service de mammon. Mais nous ne pouvons pas servir Dieu et mammon en même temps. Nul ne peut servir deux maîtres. Lorsque deux maîtres appellent simultanément le même esclave, ce dernier doit choisir celui qu’il servira. En travaillant pour un maître, il écarte forcément tout engagement envers l’autre maître.

 

En d’autres termes, nous ne pouvons pas avoir un pied dans le royaume de Dieu et l’autre pied dans le monde. Dieu ne peut pas accepter l’homme dont le cœur est partagé. Jacques écrit dans sa lettre, Qu’un tel homme (i.e., l’homme double de cœur) ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur (Jacques 1.7). Le seul type de personne que Dieu approuve est le chrétien dont le dévouement lui est entièrement consacré, le disciple dont l’œil est simple.

 

La lumière en vous

 

Cet avertissement concerne donc une décision de première importance : celle de choisir entre Dieu et mammon. Et Jésus ne cache pas son jeu. Il nous exhorte à fixer notre choix sur Dieu plutôt que sur mammon.

 

Le passage parallèle en Luc se présente également comme un avertissement et comporte d’ailleurs de nombreuses ressemblances au niveau de sa formulation. Nous lisons en Luc 11.35, Prends donc garde que la lumière qui est en toi ne soit ténèbres. Remarquez que le verset précédent, le v. 34, est presque identique au passage en Matthieu. Ton oeil est la lampe de ton corps. Lorsque ton oeil est en bon état, tout ton corps est éclairé; mais lorsque ton oeil est en mauvais état, ton corps est dans les ténèbres (Luc 11.34). Et c’est après cette déclaration que vient la mise en garde. Vois donc si la lumière qui est en toi n’est pas ténèbres! ‘Fais attention à ce que tu aie de la lumière en toi et non pas des ténèbres.’

 

Voyez-vous, chaque personne croit qu’elle perçoit correctement et qu’elle a assez de lumière pour voir. Chaque homme a la conviction que sa vision des choses, ses croyances, sa perception de la vie correspondent à la vérité. Or le Seigneur Jésus nous dit que c’est tout le contraire. ‘Vous pensez que vous voyez, mais en réalité vous êtes dans les ténèbres.’ Cette situation ressemble à celle de la personne atteinte de myopie mais qui n’est pas consciente de son handicap visuel. Elle pense voir convenablement alors qu’en fait, elle a une image bien embrouillée de son entourage.

 

On ne remet pas en question sa capacité à distinguer des images. Mais on se demande si elle voit avec un œil sain ou avec un œil malade. L’œil en bon état est un œil qui est simple, un œil rivé sur la voie de Dieu et sa justice. Il est capable de percevoir les vérités spirituelles. L’œil malade est un œil méchant qui ne regarde que le monde et les richesses matérielles qui s’y trouvent. Ses intérêts sont purement matérialistes et égocentriques.

 

Selon l’enseignement de Jésus, la santé spirituelle du corps est fonction de son niveau d’éclairement. Ainsi le corps est en bonne santé lorsqu’il est rempli de lumière. Il est en mauvais état s’il est sombre comme la nuit. Or le degré d’éclairement dépend du contenu de ce que nous percevons. En d’autres mots, notre état est déterminé par la lumière perçue par nos yeux et ce que nous acceptons comme étant la vérité. C’est pourquoi il est si important d’avoir des yeux en bon état. Des yeux sains nous permettent de voir la lumière offerte par Jésus. Si notre vision est brouillée par la malice, nous ne verrons pas la lumière du Christ.

 

Jésus est la lumière du monde. Il rayonne sur toute la terre. S’il passe inaperçu, personne ne peut l’accuser de manquer de brillance. Si nous ne le voyons pas, c’est parce que nos yeux sont incapables d’accomplir leur fonction. Nos yeux spirituels sont malades. Et Jésus nous fait cette mise en garde. Faites attention à ce que vous regardez avec des yeux en bon état. Prenez garde que ce qui est en vous est bien la lumière et non pas les ténèbres.

 

Tout à Dieu

 

Ici en Luc 11, nous retrouvons aussi la notion d’un œil simple. Une chose est simple si elle ne fait pas l’objet de division. Elle est considérée comme un entier. Il n’y a qu’un élément, une pièce, un tout. Si nos yeux regardent parfois ici et parfois là-bas sans aucune coordination, notre vision en sera affectée. Nous aurons du mal à distinguer clairement les objets. Mais lorsque l’œil est simple, lorsqu’il fonctionne comme un tout et n’a qu’un seul centre d’intérêt, i.e., Dieu, alors tout deviendra clair.

 

Luc 11.36. Si donc ton corps tout entier est plein de lumière, n’ayant aucune partie ténébreuse, il sera tout plein de lumière, comme quand la lampe t’éclaire de son éclat.

 

Le mot grec traduit ici par le mot ‘tout’ apparaît aussi sous le terme ‘complet.’ Une personne dont l’œil est simple est une personne dont le cœur est complet, résolu. Toute son attention se concentre sur sa relation avec Dieu. Il s’agit là d’un principe fondamental de perception spirituelle. Si votre œil est complètement fixé sur le Seigneur, aucune partie de votre corps ne se trouvera dans les ténèbres. La lumière de Dieu illuminera votre corps tout entier par l’entremise de vos yeux.

 

Une lumière dans le monde

 

Le Seigneur a déclaré à ses disciples, ‘Vous êtes la lumière du monde.’ Comment devient-on cette lumière? Nous devenons une lumière lorsque notre corps est rempli de lumière, lorsque la lumière de Dieu vient envahir nos cœurs. Et comme on l’a déjà mentionné, la lumière de Dieu doit passer par un œil en bon état, un œil simple. C’est alors que nous pourrons agir comme une lumière dans le monde et rendre témoignage à la puissance du Christ par la vie que nous menons. Motivés par un cœur jouissant de la lumière divine, nous pouvons parler avec conviction de l’œuvre du Saint Esprit dans nos vies.

 

Que devrait-on dire à ceux qui ne connaissent pas le Seigneur? Nous leur disons qu’il y a de la lumière. Dieu est là. Sa lumière peut éclairer la vie de toute personne désireuse de répondre à son appel. Cependant, bien que la lumière soit présente partout, ils vivent dans l’obscurité car ils sont spirituellement aveugles. Ils ne peuvent pas voir les choses de Dieu. Pourquoi en est-il ainsi? Parce que le péché rend l’homme aveugle. Tant et aussi long que le péché gardera son emprise sur vous, il vous sera impossible de voir le monde spirituel. Ce n’est pas une question d’intelligence. Le péché et l’égoïsme ont la propriété de rendre imperceptible la gloire de Dieu.

 

Si vous venez à Jésus, il ouvrira vos yeux. Il est la lumière qui peut éclairer toutes les parties obscures de votre être. Le Seigneur Jésus vous offre la possibilité de sortir des ténèbres du péché et de vivre une vie nouvelle sous la lumière du jour. Ne perdez pas une minute. Choisissez de vivre en plein jour et non plus dans l’obscurité. Que faut-il faire? Mettez-vous à genou et dites à Dieu cette prière : ‘Seigneur, je suis consterné par mes fautes. Je voudrais te confesser mes péchés. Pardonne-moi et ouvre mes yeux afin que je puisse voir ton royaume.’

 

Sur ces mots de repentance, Dieu se fera une joie de répandre de la lumière sur votre cœur et alors vous commencerez à comprendre les choses profondes de la vie chrétienne. Vous serez transportés de joie lorsque vous vous rendez compte que vous pouvez maintenant saisir le sens ce qui échappait autrefois à votre compréhension. Vous êtes sortis des ténèbres car vous avez cru en Jésus. C’est la déclaration que fait le Seigneur en Jean 12.46, Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. La faculté de voir les réalités qui composent le monde spirituel commence à se manifester lorsque vous ne fixez plus votre attention sur le monde, sur soi-même ou sur les richesses matérielles, et lorsque vous tournez vos regards vers Dieu et Dieu seul.

 

Je prie Dieu qu’il ouvre nos yeux à sa lumière et qu’il aiguise l’acuité de notre vision spirituelle afin que nous puissions voir clairement les richesses de sa gloire. À cet égard, nous voulons que nos yeux soient simples. Nous voulons venir à Jésus, la lumière du monde, avec la ferme intention de nous consacrer entièrement et exclusivement à lui.